Discussions coquines.....

Un forum pour parler de sensualité, sexualité sans atteindre la vulgarité...de tout de rien ! parlez de nos experiences passées et à venir...echanger quoi !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Symbiose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elsephir

avatar

Masculin
Nombre de messages : 165
Age : 30
Emploi/loisirs : photo
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Symbiose.   Lun 19 Nov - 0:07

A cette époque il y avait cette fille un peu excentrique, Clotilde, au look extravaguant et aux yeux pleins de malice, qui me plaisait particulièrement.

Elle était très gentille, pleine d’humour et de charme, et je me rappelle qu’elle plaisait à la plupart des garçons.

Non qu’elle fût spécialement belle, mais son apparente joie de vivre, sa vivacité, disons ses graines de folie, avaient quelque chose de réellement envoûtant.

De fait, là ou la plupart des gens, sous excuse de maturité, de convenance, ou de sagesse, avaient l’œil morne de ces vies calmes et plates qui passent sous l’éloge de la passivité, elle, dans sa démence, dans son absurde, et parfois même dans sa bêtise, respirait la vie.



Elle me plaisait, donc, et coup de chance, il s’avéra que c’était réciproque.

Quelques fous rires échangés, plusieurs regards partagés, et nous nous retrouvâmes à nous embrasser un soir qu’elle était venue poser pour moi.

Cela s’était fait sans grand discours ; les cœurs avaient parlé d’eux-mêmes, ou peut-être les corps, et nos lèvres se trouvèrent sans que ni l’un ni l’autre n’ait eu à douter que ce fût sage ou non, que ce fut convenable ou pas –nos lèvres s’aimantèrent, tout simplement.

Hors donc, tandis que déjà, du fait de la pose, elle était à demi-nue, la suite des événements alla comme nos instincts nous exposaient de le faire ; et nous finîmes vite sur le lit à nous toucher, à nous caresser, à nous goûter, tandis que le désir se faisait de plus en plus présent dans nos gestes et que l’atmosphère de ma chambre se réchauffait à vue d’oeil.

La respiration haletante, l’esprit bouillonnant, la scène prit vite des allures au combien sensuelles et humaines.

L’idée de faire l’amour à cette source de vie m’excitait au plus au point, et son corps prenait suffisamment la forme d’une source, justement, pour que je n’ai à douter qu’il en allait de même pour elle.

Nous nous déshabillâmes comme si nos vêtements étaient pétris de poison, puis, de nouveau comme par aimantation, mon corps se mit à pénétrer le sien, et nous nous mimes à faire l’amour tout en nous embrassant, lentement, très lentement, dans un va-et-vient aux effluves de complétude, tandis que je sentais son cœur battre contre le mien, au sein de nos deux poitrines collées l’une à l’autre.



Sans aucun doute, la scène était très belle, et sans aucun doute, nous l’étions nous même.

Ce que nous vivions avait quelque chose de vrai ; de si profondément naturel que les notions, à la fois de vice, mais aussi d’amour, s’envolaient au loin, pour laisser place à un quelque chose de tant passionnant que profond, de tant concret qu’inexplicable ; comme une abstraction illusoire, qui nous plaçait sur le podium de cet éternel quelque chose, qui nous disait qui nous étions, qui nous faisait ressentir notre raison de vivre, qui nous faisait exister, en fait, tout simplement ; et cette beauté là touchait au divin, au moins en ce sens que l’extase qu’elle procurait dépassait toutes nos expériences passées ; et touchait du même fait à Dieu, au moins en ce sens qu’il nous était alors inconcevable de concevoir un état plus haut que celui dans lequel nous nous délassions.



Moyennant quoi le rythme de nos ébat s’accéléra progressivement, dicté par nos sens, prit des allures de plus en plus vives, de plus en plus bruyantes, de plus en plus profondes ; ses mains s’agrippèrent littéralement à ma peau, ses ongles déchirant quelque peu les courbures indélicates de mon dos, et moi-même je la serrais de plus en plus fort contre moi, tout en la pénétrant, de plus en plus vite, de plus en plus vite, de plus en plus fort, et ses cris se faisaient de plus en plus aigus, et son visage prenait des expressions de plus en plus insensées, puis ses cris furent tels que jamais ils ne furent, puis son visage fût tel que jamais il n’avait été ; alors dans une dernière râle de ma part, grotesque grognement sorti de mes tripes tant que de mes cordes vocales, j’éjaculais en elle, puissamment, et nous nous écroulâmes pesamment sur le matelas dépravé, ruisselants de sueur, moi sur elle, elle sous moi, et à cet instant tout fût fini.



Puis, peu à peu, ce qui nous était extérieur se mit à exister de nouveau.

La chambre nous apparut lentement, de même que la lumière tamisée de mes lampes de travail… le bruit sourd du vent contre la fenêtre… la sensation du drap humide.

Essoufflé et faible, je regardais alors vers elle, cherchant le contact visuel, comme pour confirmer notre expérience, comme pour donner de la tangibilité à nos actes.

Allongée sur le dos, je la dévisageais de profil ; mais elle avait les yeux fermés ; et, au coin de la paupière de son œil droit, une larme semblait prête à couler.

Pourtant Clotilde ne souriait ni ne grimaçait –simplement, elle redevenait elle-même.

Elle quittait cet état second qui nous avait fait partager ces intenses minutes de « nous », pour recouvrer sa personnalité propre, sa vivacité, folie, inconscience, existence, vitalité, vie.



Le sexe qui sa passe de possession, d’égocentrisme, et de crainte ; le sexe qui se nourrit de pureté, d’humanité, et de symbiose, ce sexe là, lorsqu’il est possible, et quiconque sait combien c’est fondamentalement rare qu’il le soit entièrement, ce sexe là, disais-je, est certainement la plus belle chose qui puisse arriver à un être humain.











Et pendant que je la regardais, dans sa jeune et folle beauté passionnée et passionnante, je pensais : « et pendant ce temps-là, ce sont nos mères qui lavent les draps ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titemeuf
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 489
Age : 42
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Hummmm...   Mer 21 Nov - 0:50

Je vois tout à fait de quoi tu parle...cette sensation de ne faire qu'un...les yeux qui expriment mieux que les mots...J'ai eu une relation comme çà mais elle aura ete destructrice au final...
Il est evident qu'une complicité, symbiose, c'est tout a fait le terme, n'ai pas souvent atteinte entre 2 êtres. Rien a voir avec la volonté, c'est comme çà ! Même si les sentiments sont là, forts et partagés, ce n'est pas pour autant que l'alchimie des corps s'opère !
J'ai conscience d'avoir eu cette chance mais pendant longtemps ca m'a bloqué dans mes relations.
En ayant connu "l'osmose", on se dit que c'est possible..donc on est bcp plus critique et dur avec l'autre, on attends bcp trop de l'autre...et comme on ne ressentira jamais la même sensation on a l'impression que ca vaut pas la peine !!!
HOULA !!! Je me crois chez le psy ou quoi !!??? :pffff

et à bientot !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titemeuf.forumpro.fr
Elsephir

avatar

Masculin
Nombre de messages : 165
Age : 30
Emploi/loisirs : photo
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Symbiose.   Mer 21 Nov - 3:09

mais non, mais non...



.... Ca fera 250 euros, mademoiselle.

(vous pouvez également payer en natur,e je suis un psy moderne et compréhensif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titemeuf
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 489
Age : 42
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Symbiose.   Jeu 22 Nov - 0:18

Alors je vais te faire un gateau au chocolat et poudre d'amandes.....!!! humm un vrai delice ! Avec du fromage d'alpage et de la viande séchée ! Ca te va comme troc !? Allez je rajoute le vin si on peut allonger un peu séance !


Dernière édition par le Jeu 22 Nov - 3:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titemeuf.forumpro.fr
Elsephir

avatar

Masculin
Nombre de messages : 165
Age : 30
Emploi/loisirs : photo
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: Symbiose.   Jeu 22 Nov - 2:51

ce n'est pas ca que j'entendais par "en nature", tu sais.





J'espèrais plus que tu m'offrirais des fleurs ou un truc comme ca Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
titemeuf
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 489
Age : 42
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Symbiose.   Ven 23 Nov - 1:52

Oh bah pas de soucis Elsephir.....et un ti bisou en prime !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titemeuf.forumpro.fr
cassandre

avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Age : 108
Localisation : Dans le coeur de ceux qui m'aiment...
Humeur : :-))
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Symbiose.   Mar 4 Mar - 22:41

J'apprécie ce texte que je viens de relire avec délice.

Votre façon d'exprimer les ressentis, est tout à fait réaliste.

J'ai eu, et j'ai à nouveau la chance de pouvoir vivre de tels moments.
On aimerait suspendre le temps, telle la magie des corps est forte... telle l'osmose fait que ces relations rarissimes ne éloignent du "commun des mortels".
Aussi, sachons apprécier à sa juste valeur ce cadeau qui nous est donné et surtout sachons le préserver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
barbenoire
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3829
Age : 108
Emploi/loisirs : Mon emploi est mon loisir
Humeur : Badine
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Symbiose.   Sam 29 Mar - 18:56

cassandre a écrit:
.. telle l'osmose fait que ces relations rarissimes ne éloignent du "commun des mortels".

Je ne fais pas de sémantique, mais il me semble que le terme de symbiose est plus approprié que celui d’osmose. Osmose induit qu’il y ait un gradient entre les parties. La symbiose c’est être soi en étant l’autre et être l’autre en étant soi tout en étant une nouvelle entité inséparable. C’est l’algue qui rencontre le champignon et les deux deviennent lichen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cassandre

avatar

Féminin
Nombre de messages : 150
Age : 108
Localisation : Dans le coeur de ceux qui m'aiment...
Humeur : :-))
Date d'inscription : 16/02/2008

MessageSujet: Re: Symbiose.   Dim 30 Mar - 6:23

Oui, je suis d'accord.... le symbiose étant la complémentarité....(tel le petit poisson clown qui batifole dans l'anémone sans pour cela sentir son venin.... pour autant qu'il lui apporte nourriture !...) mais l'osmose étant tout de même l'état qu'il en découle... moi non plus je ne fais pas de sémantique, mais c'est ce qui me vient à l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symbiose.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Symbiose.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les éponges
» L'acacia cornigera, l'arbre qui vit en symbiose avec les fourmis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussions coquines..... :: Discussions diverses :: Humm...l'Amour !-
Sauter vers: